NL : FR
 Flux RSS
Arrow Plan du site

Notre mission

' L'AFCN promeut la protection efficace de la population, des travailleurs et de l'environnement
contre les dangers des rayonnements ionisants'.

RADON

Doel 3 et Tihange 2 : l'AFCN et Bel V ont défini leur processus d'analyse


Suite à l'annonce de GDF Suez « espérant pouvoir remettre un rapport à l'AFCN à la fin de l'automne en vue d'obtenir une autorisation de redémarrage des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2 », l'AFCN et sa filiale technique Bel V ont défini un processus d'analyse en deux temps. L'autorité de sûreté (AFCN et Bel V) se positionnera tout d'abord sur la pertinence de la méthodologie utilisée par l'exploitant. Sur base des conclusions de cette première analyse, l'autorité de sûreté annoncera ensuite à l'exploitant si son dossier de justification (en vue d'obtenir une autorisation de redémarrage des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2) est admissible pour examen.

Pour rappel, le 17 mai 2013, l'AFCN a donné son feu vert pour un redémarrage des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 . Cette décision reposait sur l'analyse et les avis favorables d'un large panel d'experts étrangers indépendants et d'experts de l'autorité belge de sûreté sur le « Safety Case » remis par l'exploitant Electrabel.

Le redémarrage était assorti d'une série de conditions et d'actions imposées par l'AFCN à Electrabel. Une partie de ces exigences (11 actions) devait être satisfaites préalablement au redémarrage de mai 2013 (ce qui était le cas). D'autres (5 actions) devaient être satisfaites après un cycle d'exploitation des réacteurs.

Analyse des actions liées à la tenue mécanique des matériaux après irradiation par un panel de scientifiques étrangers (International Review Board)

L'une des actions (« action 11 ») requises par l'AFCN dans le cadre du redémarrage des deux réacteurs en mai 2013 visait à analyser l'impact de l'irradiation sur les propriétés mécaniques d'un acier présentant des défauts dus à l'hydrogène. Pour y parvenir, Electrabel a fait simuler dans un réacteur de recherche du SCK•CEN une irradiation de longue durée sur des échantillons d'un acier similaire à celui des cuves et présentant des défauts dus à l'hydrogène. Sur base des résultats préliminaires de ces tests, Electrabel décidait le 26 mars 2014 d'anticiper l'arrêt programmé des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 . Ces premiers résultats montraient en effet qu'une des propriétés mécaniques – à savoir la ténacité – du métal testé était davantage influencée par l'irradiation que ce que prédit la théorie. Afin d'expliquer ces résultats inattendus, Electrabel a lancé dans la foulée une seconde campagne de tests et a annoncé le 12 juin 2014 que ces tests et leur analyse dureraient jusqu'à l'automne 2014. Durant l'été 2014, une troisième campagne de tests a été lancée afin de conforter les résultats préliminaires des deux premières campagnes.

Afin de consolider l'analyse de l'autorité de sûreté des résultats de ces actions liées à la tenue des matériaux, les informations issues de ces campagnes seront soumises à un panel de scientifiques belges et étrangers sélectionnés par l'AFCN. Ce panel est composé de :

  • I. Delvallée-Nunio (France)
  • R. Nanstad (États-Unis)
  • T. Pardoen (Belgique)
  • H. Schultz (Allemagne)
  • W. Server (États-Unis)
  • N. Soneda (Japon)
  • K. Wallin (Finlande)
  • T. Williams (Royaume-Uni)

Il est attendu de ce panel de scientifiques (International Review Board) d'analyser la pertinence des hypothèses retenues par l'exploitant concernant l'impact de l'irradiation sur les propriétés mécaniques d'un matériau présentant des défauts dus à l'hydrogène (« action 11 ») et sur la transposition de ces résultats aux cuves de Doel 3 et Tihange 2. Pour ce faire, ils se pencheront sur les résultats des campagnes d'irradiation, sur les hypothèses retenues par Electrabel expliquant les résultats obtenus, ainsi que sur la méthodologie proposée par Electrabel pour transposer ces résultats aux cuves de Doel 3 et Tihange 2. Lors de ce processus d'analyse, le Conseil scientifique des Rayonnements ionisants assurera un rôle d'observateur.

La composition de ce panel de scientifiques, sélectionnés selon des critères stricts fixés par les experts de l'AFCN, a été validée par le Conseil scientifique des Rayonnements ionisants. Deux types de profils scientifiques ont été recrutés :

  • des scientifiques hautement spécialisés et internationalement reconnus comme experts de premier plan dans le domaine  des mécanismes d'endommagement dû à l'irradiation et/ou des tests de ténacité mécanique, et ayant publié un nombre important d'articles scientifiques évalués par des pairs ;
  • des scientifiques, issus de différentes autorités de sûreté nucléaire étrangères, étant des spécialistes expérimentés dans le domaine des propriétés mécaniques des matériaux de cuve de réacteur.

Pour constituer l'International Review Board, l'AFCN a notamment demandé une liste de scientifiques à l'AIEA et à l'OCDE. L'AFCN a également reçu des candidatures spontanées. Les scientifiques retenus par l'AFCN et le Conseil scientifique des Rayonnements ionisants remplissent les critères cités ci-dessus.

Analyse de la méthodologie complète par l'AFCN et Bel V

En parallèle à l'analyse du panel d'experts sur les résultats des actions liées à la tenue mécanique des matériaux, l'AFCN, Bel V et AIB-Vinçotte se positionneront sur la méthodologie complète présentée par l'exploitant en vue de déposer un dossier de justification.

Sur cette base, l'autorité de sûreté se prononcera sur la conformité de l'approche présentée par l'exploitant.  En clair, l'exploitant remettra son dossier de justification selon la méthode acceptée. L'autorité de sûreté examinera ensuite en profondeur le dossier soumis.


>>> Consulter le dossier Doel 3/Tihange 2 sur notre site web


Contact pour plus d'informations :

Sébastien BERG
Expert Communication AFCN
+32 (0)2 289 20 30


29 Octobre 2014


Contact

 
 
 

INES

 


 version imprimable Home

Copyright 2013 © - Mention légale