NL : FR
 Flux RSS
Arrow Plan du site

Notre mission

' L'AFCN promeut la protection efficace de la population, des travailleurs et de l'environnement
contre les dangers des rayonnements ionisants'.

RADON

Dossier Doel 3/Tihange 2 : nouvel état de la situation


Durant l'été 2012, de nombreuses indications de défauts ont été détectées dans les parois des cuves des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2 lors de leurs arrêts planifiés pour maintenance. Suite à cette découverte, l'autorité de sûreté nucléaire belge (AFCN et Bel V) a exigé qu'Electrabel lui remette un dossier de justification de redémarrage (safety case) pour chacun des réacteurs. Concrètement, Electrabel devait démontrer dans ses safety cases que ces indications de défauts ne mettaient pas en péril l'intégrité des cuves des réacteurs.

Après analyse des deux dossiers de justification, l'AFCN et Bel V ont donné le 17 mai 2013 leur feu vert au redémarrage de Doel 3 et Tihange 2. Cette autorisation était assortie d'une série d'actions qu'Electrabel devait réaliser à court et moyen terme pour consolider les hypothèses avancées dans ses safety cases. Ces actions peuvent être regroupées en 3 thématiques principales :

1. Technique d'inspection des cuves par ultrasons : détection et mesure des indications de défauts
2. Propriétés mécaniques de l'acier présentant des indications de défauts de type DDH (défauts dus à l'hydrogène)
3. Intégrité structurelle d'une cuve présentant des indications de défauts

N.B. : Les résultats des actions des thématiques 1 et 2 alimentent l'analyse de la thématique 3.

Des tests menés dans le cadre de la thématique 2 durant le printemps 2014, et plus particulièrement liés à la ténacité du matériau, ont donné des résultats inattendus, suggérant que les propriétés mécaniques du matériau était plus fortement influencées par l'irradiation que ce que prédisait la théorie. Par précaution, les réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2 ont été immédiatement mis à l'arrêt. Electrabel a alors entamé une nouvelle campagne de tests afin d'expliquer ces résultats inattendus.

Parallèlement, l'exploitant poursuit la mise en œuvre de son plan d'action à moyen terme. En voici les principaux développements à l'heure actuelle :

 

Plus de précisions sur les indications de défauts

En février 2015, Electrabel a finalisé les actions relatives à la technique d'inspection des cuves par ultrasons (thématique 1).

Cette technique d'inspection est prévue à l'origine pour contrôler les soudures, le matériau adjacent ainsi que le revêtement (cladding) de la cuve d'un réacteur, mais il s'avère dans la pratique qu'elle permet également de détecter des indications de défauts dans la cuve du réacteur. Electrabel devait à ce sujet qualifier la technique, c'est-à-dire démontrer que l'inspection par ultrasons permet de trouver et de mesurer correctement toutes les indications de défauts de type DDH. Au cours de ce processus de qualification, Electrabel a constaté que la procédure d'inspection devait être modifiée et que le seuil de détection des capteurs devait être abaissé pour garantir une détection correcte de l'ensemble des indications de défauts.

En 2014, une nouvelle inspection par ultrasons a été réalisée selon la procédure affinée et les signaux obtenus ont à nouveau été interprétés, résultant dans la détection d'un plus grand nombre d'indications de défauts que lors des mesures de 2012 et 2013. Cela signifie qu'Electrabel doit prendre en compte dans ses calculs 13 047 indications de défauts pour Doel 3 et 3149 pour Tihange 2. Ces indications de défauts sont similaires à celles qui étaient jusqu'alors prises en compte dans les calculs et se situent dans la même zone de la cuve.

 

Nouvelle campagne de tests sur le matériau

Electrabel poursuit ses recherches sur les propriétés mécaniques du matériau de la cuve et sur les résultats inattendus des tests de ténacité précédents. Une 4ème campagne d'irradiation est en cours à l'heure actuelle dans le réacteur de recherche BR2 du SCK•CEN. Des échantillons présentant des indications de défauts du matériau français VB395 y sont irradiés, de même que des échantillons présentant des indications de défauts d'un matériau d'origine allemande. Les résultats de cette nouvelle campagne d'irradiation et des tests mécaniques qui s'ensuivront sont attendus pour avril 2015.

 

Nouvelle réunion du panel international d'experts

Electrabel fournit régulièrement à l'AFCN et Bel V les résultats des tests et analyses réalisés. L'autorité de sûreté prend le temps nécessaire pour étudier ces nouvelles informations et poursuivra son analyse durant les premiers mois de 2015. À cette fin, elle fait appel à des experts internationaux, spécialistes des mécanismes de dégradation causés par l'irradiation et des tests de résistance mécanique. Ce panel international d'experts (International Review Board) s'est réuni une première fois à Bruxelles début novembre 2014. La principale conclusion de cette rencontre était que la méthodologie d'Electrabel n'était pas encore suffisamment aboutie pour que les experts internationaux puissent émettre un jugement fondé. Ceux-ci ont donc formulé une série de suggestions d'actions et d'études complémentaires, sur base desquelles l'autorité de sûreté a émis une série d'exigences et de suggestions à l'attention d'Electrabel dans le but que l'exploitant puisse parfaire sa méthodologie et valider les hypothèses qui sous-tendent son argumentation.

L'AFCN organisera au mois d'avril 2015 une nouvelle rencontre du panel international d'experts afin de recueillir son avis sur les résultats des nouveaux tests et des nouvelles informations fournies d'ici là par Electrabel.

 

>> Cliquez ici pour consulter notre dossier « Doel 3/Tihange 2 »


13 Février 2015


Contact

 
 
 

INES

 


 version imprimable Home

Copyright 2013 © - Mention légale